Loi famille et PMA

4 février 2014

Le gouvernement, considérant que le contexte n’en permettait pas un examen serein, a annoncé le report du projet de loi sur la famille qui ne sera pas présenté en 2014. Je le regrette et ne cache pas ma déception car je considère qu’un texte sur la famille est nécessaire et doit permettre d’avancer sur des sujets essentiels tels que l’adoption, le statut des beaux parents, l’accès à ses origines et à son histoire personnelle.

Hélas, la droite, cédant aux ultra-conservateurs, a fait le choix irresponsable et dangereux d’agiter des peurs irrationnelles, de faire croire aux Français à une remise en cause des familles allant même jusqu’à inventer ce que les droites extrêmes appellent « la théorie du genre ». En instrumentalisant les parents, en suscitant des inquiétudes infondées, la droite polémique et envenime le débat républicain empêchant ainsi qu’un débat serein puisse avoir lieu. Je le déplore.

Je souhaite vivement que le travail parlementaire se poursuive et que par le biais de propositions de lois nous puissions avancer sur ces questions de société. La priorité du gouvernement et de la majorité est claire : c’est la lutte contre le chômage et le redressement de notre pays. Notre mobilisation est entière. Mais elle ne doit pas empêcher d’avancer sur les questions d’égalité des droits et de progrès social.

S’agissant de la PMA, je réaffirme y être favorable et souhaiter l’extension de son usage. C’est une conviction profonde et je continuerai à me battre, à l’Assemblée nationale, avec de nombreux collègues qui partagent cette conviction, pour faire avancer l’égalité et les droits des couples homosexuels.

Aujourd’hui le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) travaille sur ce sujet. Laissons le poursuivre ses travaux et rendre son avis en toute indépendance.

Le chemin pour l’égalité et la reconnaissance de la diversité des familles est parfois long mais avec conviction nous continuons à avancer.

Marie-Françoise Clergeau Députée de Loire-Atlantique Questeure